Académie de La Dombes

Blason de l'Académie de la Dombes

Vous êtes ici : Page d'accueil > La Dombes > Eau dormante, les étangs > La pêche

L'Académie de la Dombes

La pêche

La pêche est la phase la plus spectaculaire de l’évolage. Elle a lieu à l’automne ou au printemps lorsque l’étang est mis en assec. Elle a lieu tous les ans pour les étangs de pêche réglée (étangs marchands) comme pour les étangs d’empoissonnage. La première phase consiste à "faire couler l’étang".

Cette opération consiste à ouvrir le thou -ouvrage permettant de retenir l’eau d’un étang ou de le vidanger - assez longtemps à l’avance et en réglant le débit de manière à ce que l’étang puisse être péché à la date fixée. Il doit conserver alors la quantité d’eau nécessaire pour permettre au poisson de respirer sans gêner la pêche. Le brouillard si souvent présent en octobre et novembre donne aux pêches une atmosphère toute particulière.

Le camion du poissonnier est garé sur la chaussée, le matériel est sorti, tous les hommes sont là, équipés des grandes bottes et du ciré, la pêche peut commencer. Les hommes forment deux équipes, de chaque côté du bief - fossé creusé dans la partie basse de l’étang -, s’emparent chacun de l’extrémité de la corde et commencent à tirer le filet perpendiculairement au bief ; le poisson est ainsi dirigé vers la pêcherie, endroit où sera rassemblé le poisson. Une équipe s’est immobilisée prés de la chaussée, sur le bord, l’autre contourne lentement.

Le filet arrondi près du bord forme une large poche dans laquelle les poissons sont rassemblés. Les trieurs prennent place autour de la gruyère, table de tri allongée, les porteurs à côté des "filochons", grosses épuisettes sans manche, le "pêcheur" commence à sortir le poisson et à le déverser dans la gruyère à l’aide de l’arvot, large épuisette au manche très long. Le poisson est rapidement trié et entreposé dans les filochons enlevés au fur et à mesure pour être pesés sur la chaussée puis reversés dans les cuves du camion-vivier.

Un deuxième puis un troisième coup de filet sera donné. Si l’étang est ensuite mis en assec, on prend tout. S’il est remis en eau, on laisse "un bon fond de pêche" et on rempoissonne en gardons et rotengles alors que tanchons et filatons sont mis derrière le filet en cours de pêche. A la fin de la pêche, chaque participant recevra une "friture" pour le travail qu’il a fourni ; selon la taille de l’étang, elle se compose de 5 à 6 carpes, un brochet, quelques tanches.

La totalité des poissons est vendue au poissonnier qui entrepose, au fur et à mesure, la marchandise par espèces dans les cuves de son camion où l’oxygène est continuellement renouvelé car le poisson est vendu vivant.

Une fois l’opération terminée, le thou est fermé et l’étang attend son eau du ciel et du ruissellement.

Espace privé - Contact - Plan du site - Mentions légales et crédits - Réalisation aglca multimédia