Académie de La Dombes

Blason de l'Académie de la Dombes

Vous êtes ici : Page d'accueil > La Dombes > Le patrimoine dombiste > Le bâti

L'Académie de la Dombes

Le bâti

Le bâti ancien dans notre présentation concerne plus particulièrement les fermes, les maisons d’habitation, les châteaux et demeures seigneuriales ainsi que les églises romanes. Il se caractérise par l’emploi de matériaux spécifiques à la Dombes, l’argile, terre naturelle, utilisée sous forme de briques ou de carrons et le galet alluvionnaire.

Sans préparation particulière, la terre entre aussi dans la composition du pisé, du torchis et des murs à colombages sur un soubassement de briques et de galets pour la construction des fermes et des maisons d’habitation à l’intérieur des bourgs et l’édification des églises ; les châteaux et maisons fortes des XII au XVème siècles utilisant largement le carron savoyarde.

Carrons et Géraniums

Le carron "savoyard" dombiste

Les carronnières étaient les premières tuileries/ briqueteries, toujours situées près des lieux d’extraction. L’absence complète de pierre en Dombes a obligé à chercher d’autres matériaux, en privilégiant l’utilisation de matériaux locaux. Cette technique remonte à l’époque romaine, en Piémont.

Les carrons étaient moulés en damant bien la terre glaise dans un moule. La brique était ensuite séchée au soleil, souvent plusieurs mois. Venait ensuite la cuisson. On plaçait les briques dans un four bien fermé, et on montait de plus en plus la température, pendant 8 jours pleins. Avec la cuisson, la nuance dans les tons s’étale du rouge rosé au beige, et parfois brun, selon la quantité de FeO2 présente, et la température atteinte.

Le carron est résistant, économique, facile à mettre en œuvre et très esthétique.

Le carron "savoyard" dombiste est plus épais que son ancêtre italien :

  • Longueur : 30 cm
  • Largeur : 12/13 cm
  • Epaisseur : 12 cm

Il a été beaucoup utilisé :

  • dans les constructions militaires
  • en architecture religieuse
  • dans les constructions de maisons et de châteaux

On le retrouve dans les maisons à colombage, pour remplacer le torchis.

En Dombes, comme la pierre a toujours fait défaut, une autre forme de bâti s’est imposée : la terre et les galets. Les galets, matériaux fluviaux-glaciaires déposés lors des dernières glaciations quaternaires, autrefois extraits des planes et des rivières, étaient employés la majeure partie du temps dans le sous-bassement des murs de maisons et dans les murs de clôture.
Plusieurs techniques se retrouvent dans la manière de poser ces galets afin de donner une belle allure au bâtiment ; la plus répandue – et certainement la plus ancienne – étant l’ "opus spicatum". L’opus spicatum – dit aussi "appareil en épi de blé" ou "appareil en arête de poison" était déjà très utilisé à l’époque romaine. Il s’agit d’une alternance de briques, de carrons, de galets ou plus récemment de moyen appareillage en pierre, servant à isoler le mur en pisé de l’humidité et à décorer les façades.

Parcours patrimoine en Dombes
Syndicat mixte Dombes Val de Saône Sud

Sources :

  • Peirs Giovanni, La brique : fabrication et traditions constructives, Eyrolles, 200 ?. L’auteur explore la brique à travers son histoire, les principes de sa fabrication et ses propriétés. Décrit aussi les méthodes de constructions rurales, ainsi que les traditions du Nord et du Midi toulousain.
  • Campbell, James W., L’art et l’histoire de la brique : bâtiments privés et publics du monde entier, Citadelles & Mazenod , 2004. Cet ouvrage présente l’histoire de l’utilisation de la brique dans la construction depuis l’Antiquité, à travers des exemples issus de la Perse, l’Empire ottoman, la Russie médiévale, l’Ouzbékistan, l’architecture contemporaine, etc.
  • Alain Kersuzan – La fabrication de la chaux et du mortier dans les châteaux savoyards de Bresse et du Bugey au début du XIV°, Pages d’archéologie médiévales Rhône-Alpes, 2003
  • Comité du Pré-inventaire des monuments et richesses artistiques du Rhône, Fours à chaux du Rhône, Lyon, 2004

Espace privé - Contact - Plan du site - Mentions légales et crédits - Réalisation aglca multimédia