Académie de La Dombes

Blason de l'Académie de la Dombes

Vous êtes ici : Page d'accueil > La Dombes > Eau courante > Les rivières de l’intérieur

La Dombes

Les rivières de l’intérieur

Ils s’agit, en partir du nord de la Dombes jusqu’au sud, de la Veyle, de la Chalaronne et du Formans, affluents principaux de la Saône sur sa rive gauche.

La Veyle

La Veyle prend sa source près de Chalamont, alimenté dans son premier cours par les trop-plein d’étangs. Avec ses principaux affluents, l’Irance, le Vieux-Jonc, le Renon et le Menthon, elle forme, sur une trentaine de kilomètres, une rivière se divisant en plusieurs bras -petite et grande Veyle - dont le caractère très calme est accentué par la présence de nombreuses retenues de moulins [1] qui confèrent à la Veyle un profil en "marche d’escalier".

La plaine alluviale de la basse Veyle présente un paysage de prairies humides et bocagères particulièrement bien préservé avec une richesse floristique et faunistique inféodée à ces milieux. On peut citer notamment la fritillaire pintade et l’orchis à fleurs lâches pour les plantes remarquables et le courlis cendré, la huppe et le loriot pour les oiseaux.

Si les retenues de moulin eurent un effet bénéfique avec le maintien du niveau du cours d’eau, le blocage des sédiments transportés par l’eau au niveau des ouvrages et la création de "plans d’eau" en aval de chaque moulin, il n’en est pas de même de l’action de l’homme depuis la deuxième moitié du XXème siècle. Les travaux de curage et de calibrage, réalisés afin de favoriser le développement de l’agriculture intensive par l’obtention de nouvelles surfaces cultivables, ont favorisé l’accélération du débit de l’eau, accentué les phénomènes hydrauliques de crues et d’étiages, appauvrissant ainsi l’état écologique de la rivière et des milieux humides qui lui sont associés.

Par ailleurs, la drainage agricole et l’urbanisation des zones rurales - création de routes et d’habitations… - ont induit une augmentation toujours plus importante des surfaces imperméabilisées ou non rétentrices des eaux de surface et favorisé une montée des eaux plus rapide et donc des inondations.

--

[1ces moulins utilisaient l’énergie motrice de la rivière pour la meunerie principalement ou plus récemment pour produire de l’électricité. Beaucoup sont de nos jours transformés en résidences pleines de charme.

À lire également...

Espace privé - Contact - Plan du site - Mentions légales et crédits - Réalisation aglca multimédia